durée 1h30 - à partir de 13 ans - d’après Witold Gombrowicz

traduction Constantin Jelenski et Geneviève Serreau

adaptation et mise en scène Edith Amsellem

avec Marianne Houspie, Jean-Noël Lefèvre, Stéphan Pastor, Anne Naudon, Camille Régnier-Villard, Frédéric Schulz-Richard et une Yvonne différente à chaque représentation

création sonore et musique Francis Ruggirello costumes Carine Mina

coiffures et maquillages Geoffrey Coppini régie générale Laurent Marro


Production ERD'O Coproduction et accueil en résidence Le Merlan scène nationale de Marseille, Théâtre Massalia (Marseille), Théâtre de Châtillon Coproduction Pôle Arts de la Scène – Friche la Belle de Mai (Marseille) Accueil en résidence La Gare Franche (Marseille) Avec le soutien de DGCA - Ministère de la Culture et de la Communication ; DRAC PACA ; Conseil Régional PACA ; Ville de Marseille ; SPEDIDAM ; DGCA et SACD : Lauréat 2014 de la bourse à l’écriture Ecrire pour la rue


Prix de la meilleure compagnie à l'unanimité

Prix de la meilleure actrice pour Aleksandry Bogulewskiej, notre Yvonne polonaise

au FESTIVAL INTERNATIONAL GOMBROWICZ à Radom, POLOGNE en octobre 2016

Après Les Liaisons dangereuses sur terrain multisports, qui situait un texte du répertoire dans un espace singulier, la création d’Yvonne, princesse de Bourgogne, sur château-toboggan de cour d’école ou aire de jeux, s’impose à moi comme une continuité dans ma recherche.


Dans cette nouvelle adaptation, toute la cruauté de la fable grinçante de Witold Gombrowicz est conservée : Yvonne, une jeune fille du peuple, arrive à la cour comme un cheveu sur la soupe. Ne connaissant pas les codes du cirque social qui se joue sous ses yeux, elle va maladroitement se mouvoir dans un monde étranger, préférant se taire plutôt que se tromper. Bouc émissaire idéal d’une cour royale qui s’ennuie, elle va se prêter telle une marionnette aux jeux pervers imposés par le prince et ses amis. 
En investissant les châteaux-toboggans, je souhaite convoquer la symbolique exutoire de ces modules récréatifs, afin de délimiter une zone libre ou de non-droit, miroir grossissant du monde des adultes singés, dévoilant nos pulsions les moins avouables et nos désirs les plus honteux. 
Le rôle d’Yvonne va être interprété par une actrice qui n’aura jamais répété avec nous, qui ne connaîtra pas la mise en scène et qui n’aura jamais rencontré ses partenaires. A chaque représentation une comédienne sera engagée et envoyée dans l’arène. J’espère que chacune d’elle, en se jetant dans le vide, éclaboussera de son passage ce qui a été travaillé, prévu…  

Edith Amsellem



Yvonne, princesse de Bourgogne sur château-toboggan